vendredi 13 octobre 2017

Changement d'horizons...

Publications entre parenthèses les deux prochaines semaines pour cause de périple chez l'oncle Sam... RDV fin Octobre !

mercredi 11 octobre 2017

L'extrait du... 11 octobre

Je viens de me plonger dans la lecture des 970 pages de l'édition Folio de "Les frères Karamazov". Un pavé qui devrait remplir de façon efficace les heures de vol entre Lyon et San Fancisco dans les prochains jours. 
C'est l'occasion de signaler un extrait  de ce bouquin écrit en 1880 mais qui reste d'une actualité piquante.

"A présent chacun aspire à séparer sa personnalité des autres, chacun veut goûter lui-même la plénitude de la vie ; cependant, loin d’atteindre le but, tous les efforts humains n’aboutissent qu’à un suicide total, car, au lieu d’affirmer pleinement leur personnalité, ils tombent dans une solitude complète. En effet, en ce siècle, tous sont fractionnés en unités. Chacun s’isole dans son trou, s’écarte des autres, se cache, lui et son bien, s’éloigne de ses semblables et les éloigne de lui. Il amasse de la richesse tout seul, se félicite de sa puissance, de son opulence ; il ignore, l’insensé, que plus il amasse plus il s’enlise dans une impuissance fatale."

vendredi 6 octobre 2017

L'extrait du... 6 Octobre

Ayant achevé hier, après 20 jours de travail moyennement acharné d'écrire le premier jet d'une nouvelle de 100 000 signes environ, provisoirement intitulée "Ulysse", je ne résiste pas au plaisir de diffuser ici-même un extrait du "Ulysse" de Joyce. Il s'agit d'un extrait du Chapitre XII "Les Cyclopes", dans la traduction supervisée par Jacques Aubert pour Folio. 
"A propos de la nouvelle Irlande il devrait commencer par se payer un nouveau chien. Cet animal galeux et boufferont qui passe son temps à renifler et à éternuer partout dans tous les coins et qui gratte ses croûtes et le voilà qui va tourner autour de Bob Doran qui régalait Alf d’un demi et qui se met  à le lécher pour essayer d’obtenir quelque chose. Et ça manque pas. Bob Doran se met à faire le con avec lui :
– Donne la patte ! Donne la papatte,, chienchien ! Mon bon chien. Donne la patte, là, c’est bien ! Donne la papatte !
Et merde ! Foutre de patte qu’il voulait patoche et Alf qui essayait de l’empêcher de dégringoler de ce foutu tabouret sur ce foutu clébard et l’autre qui n’arrêtait pas de radoter sur le dressage par la douceur, un chien de race, un chien bien intelligent : je t’en foutrais, moi. Le voilà qui se met à gratter les vieilles miettes de biscuits dans le fond de la boîte de chez Jacob qu’il avait demandé à Terry d’apporter. Putain il a gobé tout ça comme une vieille paire de bottes et il  tirait un bout de langue long d’un mètre pour en redemander. C’est tout juste s’il n’a pas bouffé la boîte et le reste, ce sacré goulupatte de bâtard."

James Joyce - Ulysse - Folio (1664 pages, 13 €)

mardi 3 octobre 2017

Lecture : Jérôme Ferrari - Le sermon sur la chute de Rome

J'ai déjà dit plusieurs fois ici combien, en tant que lecteur, je me méfiais des béquilles commerciales que sont les bandeaux rouges dont on enveloppe les livres, pour les rendre pareils à des bonbons écoeurants que l'on souhaite malgré tout convaincre les clients d'acheter. Ces bandeaux rouges sont de plusieurs sortes : signaler un prix quelconque (qui peut aller du Goncourt au prix du syndicat de la chasse d'un patelin au nom abscons semblant sortir tout droit du Groland) ou signaler un auteur bankable, une de ces vaches à lait qui font ressembler la littérature à une marelle aux contours bien tracés dans une cour de récré. 
Le corollaire des bandeaux rouges, souvent, ce sont les prix littéraires. Et je ressens pour ceux-ci la même méfiance mâtinée de suspicion (achat de prix, entourloupes de jury vendu...) Et comble du truc, pour un auteur amateur, je ne me cache pas de dire que je préfère cent fois la littérature américaine des grands espaces à une certaine littérature française bobo et chiante. Du coup, vu comme ça, je n'entre pas dans le cœur de cible des lecteurs des Prix Goncourt. 
Nonobstant, deux causes peuvent me faire céder au vice : ma curiosité et ma pingrerie. Ayant trouvé le prix Goncourt 2012 en excellent état pour un misérable euro dans une foire aux livres au printemps, je ne pouvais pas passer à côté. Surtout parce que j'avais entendu beaucoup de bonnes critiques à l'époque de la sortie de  "Le sermon sur la chute de Rome" de Jérôme Ferrari. Quand on pense, à rebours, qu'en finale du Goncourt il a devancé "La vérité sur l'affaire Harry Quebert" de Joël Dicker, on ne peut que se réjouir du choix du jury qui a préféré l'ambition littéraire à l'efficacité hollywoodienne. 
Car ce roman n'est pas qu'un roman, il lorgne de façon singulière vers la philosophie et la fable. Derrière l'intrigue de ces deux amis d'origine Corse qui décident d'abandonner leurs études de philosophie pour ouvrir un bar dans un village de l'île de beauté, Jérôme Ferrari s'interroge sur l'âme Corse, sur la singularité de vivre sur une île, de cette insularité caractéristique, mais aussi de ce qui a fait la force et qui fait la faiblesse de la France. La tragédie du monde est replacée à plus petite échelle dans ce bar de village, avec tous les personnages du vaste monde et leurs caractères singuliers. De façon formelle, l'auteur utilise pour ses chapitres des phrases issues de Saint Augustin.

Si elle ne révolutionne rien, la façon avec laquelle Jérôme Ferrari alterne la progression de l'intrigue et de ses personnages avec des réflexions plus générales est bien maîtrisée et ne fait pas dans le superflu. Certes, ses phrases sont parfois longues mais ce n'est jamais gênant. Leur musicalité, leur richesse aussi, est un atout incontestable de ce bouquin franchement réussi. La plus grande réussite de l'auteur est d'être parvenu à concilier une certaine ambition littéraire avec une accessibilité jamais prise en défaut. "Le sermon sur la chute de Rome" n'est pas un livre élitiste, c'est bien un roman littéraire mais populaire, dans le bon sens du terme. Rien à voir avec les romans populaires qui ne sont pas littéraires. Les premiers sont rares, les seconds sont en tête des ventes. Celui-ci a réussi à concilier les deux. 

Quatrième de couvertureDans un village corse perché loin de la côte, le bar local est en train de Connaître une mutation profonde sous l'impulsion de ses nouveaux gérants. À la surprise générale, ces deux enfants du pays ont tourné le dos à de prometteuses études de philosophie sur le continent pour, fidèles aux enseignements de Leibniz, transformer un modeste débit de boissons en "meilleur des mondes possibles". Mais c'est bientôt l'enfer en personne qui s'invite au comptoir, réactivant des blessures très anciennes ou conviant à d'irréversibles profanations des êtres assujettis à des rêves indigents de bonheur, et victimes, à leur insu, de la tragique propension de l'âme humaine à se corrompre.

ExtraitQuand on l'extirpa du ventre de sa mère, Marcel demeura immobile et silencieux pendant de longues secondes avant de pousser brièvement un faible cri et il fallait s'approcher de ses lèvres pour sentir la chaleur d'une respiration minuscule qui ne laissait sur les miroirs aucune trace de condensation. Ses parents le firent baptiser sur l'heure. Ils s'assirent près de son berceau en posant sur lui un regard plein de nostalgie, comme s'ils l'avaient déjà perdu, et c'est ainsi qu'ils le regardèrent pendant toute son enfance.

Jérôme Ferrari - Le sermon sur la chute de Rome (Actes Sud), 
208 pages, 19 €

dimanche 1 octobre 2017

Des chardons électroniques

Il faut vivre avec son temps. Après la version EPUB publiée en même temps que la version papier de "Des chardons dans la garrigue", je viens de convertir le petit dernier au format Kindle et il est entré dans la bibliothèque Amazon ce dimanche, dans la foulée. Pour ceux qui lisent sur Kobo, j'ai également effectué la transformation dans le format de la liseuse de la Fnac. Il sera donc disponible sur le site Kobo d'ici quarante huit heures. Tous les liens directs vers les sites concernés sont disponibles dans la page Ecritures.

Après ces ultimes publications, je m'apprête à prendre quelques jours de vacances la deuxième quinzaine d'Octobre. L'occasion de faire le deuil de cette année d'écriture et des treize mois de travail qu'aura pris "Des chardons dans la garrigue". Il sera ensuite temps de commencer à préparer sérieusement le prochain roman. D'ici là, je vais terminer le premier jet d'une longue nouvelle (code : "Ulysse") dont j'écrirai le deuxième jet en novembre avant de me lancer dans ce nouveau roman.  

mardi 26 septembre 2017

Hank 2.0


Une bonne nouvelle n'arrive jamais seule. Quelques jours seulement après la parution d'un recueil de lettres de Charles Bukowski, on annonce deux inédits prochainement traduits en VF : Sifting through the Madness for the word, the line, the way et Storm for the living and the dead.

La maison d'édition gardoise du Diable Vauvert se chargera à nouveau de ce joli cadeau faits aux amateurs du vieux dégueulasse. Et en plus, Virginie Despentes assurera la traduction du premier. 

Pas de dates annoncées pour l'heures mais on se réjouit de cette excellente nouvelle. Toutes les infos sur le site Actualitté.

lundi 25 septembre 2017

La citation du... 25 septembre

En plus de John Fante, j'ai décidé de relire Timothy Findley. C'est bien Findley, faut s'y mettre !

"Nous sommes tous prisonniers de la perception qu'ont les autres de nous." 
Timothy Findley - Pilgrim